Retour

Présentation de la formation

ANNEXE IV bis DU PROJET D ARRETE RELATIF AU DIPLOME D’ETAT DE MASSEUR KINESITHERAPEUTE

« LE REFERENTIEL DE FORMATION PROFESSIONNELLE

 

La formation conduisant au diplôme d’Etat de masseur kinésithérapeute vise l’acquisition de compétences pour répondre aux besoins et aux demandes de santé des personnes et de la population. La pratique de la masso-kinésithérapie comporte la promotion de la santé, la prévention, l’éducation, le diagnostic kinésithérapique et le traitement des troubles du mouvement ou de la motricité de la personne, des déficiences ou altérations des capacités fonctionnelles des personnes à tous les âges de la vie.

Le masseur-kinésithérapeute utilise les savoirs disciplinaires et les savoir-faire associés d’éducation et de rééducation en masso-kinésithérapie qu’il estime les plus adaptés à la situation et à la personne, dans le respect des dispositions du code de déontologie. La formation doit préparer le futur professionnel aux différentes formes d’exercice de la profession et notamment à concourir à la formation initiale et à la formation continue.

La formation doit également amener l’étudiant à concevoir et à réaliser des travaux de recherche pour permettre le développement de l’esprit scientifique, de la problématisation et de la réflexivité, transposables dans les pratiques professionnelles d’éducation et de soins.

 

  1. Finalités de la formation

La formation d’un masseur-kinésithérapeute vise l’acquisition de connaissances et les apprentissages technologiques requis. Elle doit également apporter au futur masseur-kinésithérapeute les connaissances nécessaires à l’exercice de son métier et développer les capacités qui assureront son expertise comme praticien.

L’enseignement est d’une part, articulé autour des sciences fondamentales (dont les sciences biologiques et médicales, les sciences du mouvement et les sciences humaines et sociales qui permettent de comprendre la singularité des patients et des situations professionnelles), et d’autre part, des savoirs et savoir-faire disciplinaires de kinésithérapie/physiothérapie. Ce premier volet de la formation rassemble les enseignements dits « fondamentaux ».

Le deuxième volet consiste à développer les aptitudes, les capacités et les compétences nécessaires au futur professionnel, tant au démarrage de la carrière que tout au long de celle-ci. A partir des aptitudes personnelles, la formation doit favoriser le développement des capacités professionnelles, des aptitudes interpersonnelles (travail en groupe, communication), et des compétences liées aux exercices de la profession de masseur-kinésithérapeute. Il s’agit de développer les capacités suivantes : autonomie, adaptabilité, habileté, analyse critique, capacité à apprendre tout au long de la vie, aptitude au travail en équipe et à la coordination, capacité d’intégration et de transposition de l’ensemble des connaissances, créativité, apprentissage du processus d’analyse de masseur-kinésithérapeute, intelligence critique, distanciation, référencement scientifique de ses pratiques, non dogmatisme et dialectisation des situations et des pratiques.

 

L’étudiant est ainsi amené à devenir un professionnel de santé autonome, responsable et réflexif, c’est-à-dire un praticien capable d’analyser toute situation de santé, de prendre des décisions en mesurant les limites de ses compétences et de son rôle et de mener les interventions appropriées seul ou en équipe.

 

  1. Principes pédagogiques

Le référentiel de formation est articulé autour de l’acquisition de compétences requises pour l’exercice des différentes activités inhérentes aux rôles et missions de la masso-kinésithérapie / physiothérapie.

Le référentiel de formation organise, après une première année universitaire validée (60 ECTS), sur deux cycles de 4 semestres chacun, le développement des compétences professionnelles.

Le premier cycle apporte les enseignements scientifiques, méthodologiques et professionnels fondamentaux nécessaires à la compréhension des problèmes de santé et des situations cliniques rencontrées en kinésithérapie. Le second cycle, à partir du socle de connaissances théoriques et pratiques acquis, organise le développement des compétences diagnostiques et d’intervention kinésithérapique dans tous les champs d’exercice de la profession.

Le référentiel de formation met en place une alternance entre l’acquisition de connaissances, de savoir-faire reliés à des situations professionnelles, et la mobilisation de ces connaissances, de ces savoir-faire en situation de soins dans le domaine de la kinésithérapie. Il s’appuie sur la maîtrise des connaissances théoriques et pratiques et la pratique régulière de l’analyse de situations professionnelles.

Les moyens associent les ressources pédagogiques de la formation professionnelle et de l’enseignement universitaire : enseignements magistraux (présentiel, enseignement à distance ou e-learning), travaux dirigés, travaux pratiques, auxquels peuvent être associées les activités proactives.

Parmi elles, l’apprentissage par problème permet à l’étudiant d’acquérir des connaissances à travers la résolution de problèmes. Les activités de mise en situation (projets d’applications, stages professionnels, laboratoires…) initient les étudiants aux différentes facettes de leur futur métier, les motivent sur un projet professionnel et contribuent à faire de leur parcours une formation professionnalisante.

Le référentiel de formation est organisé pour mettre en relation les connaissances à acquérir et le développement des compétences requises pour assurer les rôles et missions du masseur-kinésithérapeute. Les unités d’intégration mobilisent l’ensemble des savoirs autour des situations professionnelles.

Lors de la formation clinique, la progression de l’étudiant dans l’acquisition des compétences est formalisée dans le portfolio.

Le parcours de formation tient compte de la progression de chaque étudiant dans l’acquisition des compétences. Par la prise en considération du projet de formation et du projet professionnel de l’étudiant, et par les choix ouverts au niveau des activités de formation, le parcours permet de développer l’autonomie et la responsabilité de l’étudiant qui construit son cheminement vers la professionnalisation.

La formation pourvoit aux besoins de savoirs qui permettent aux étudiants d’assumer, au double plan, conceptuel et technique, dans la durée, la totalité des actes requis par leur profession. Le savoir universitaire est utile pour répondre de manière fondée, intelligible et efficace aux questions de l’apprenant et du professionnel en kinésithérapie car il lui permettra de maitriser à la fois l’art de la différenciation et du rapprochement. Il ne s’agit pas uniquement de restituer les savoirs et les savoir-faire associés mais de questionner la valeur épistémologique des savoirs d’actions et des pratiques professionnelles, pour permettre à l’étudiant-professionnel d’analyser et de penser sa pratique en référence à des données scientifiques.

Les formes et contenus de l’évaluation sont en adéquation avec les principes pédagogiques et les objectifs de professionnalisation.

Les unités d’enseignement (UE) organisent des regroupements de contenus essentiels et structurants pour la formation de l’étudiant.

Les unités d’intégration (UI) reposent sur :

  • L’intégration et l’utilisation pertinente des différents savoirs acquis en lien avec une situation.
  • La mobilisation active et dynamique de ces savoirs et la mise en œuvre des compétences ciblées par l’unité dans une ou plusieurs situations.

Les stages permettent la mise en œuvre des compétences dans une ou plusieurs situations.

 

  1. Durée de la formation

Faisant suite à une première année universitaire validée (prioritairement PACES), la formation se compose de deux cycles de deux ans. La formation est construite par alternance entre :

  • Des temps de formation théorique, méthodologique et pratique réalisés dans les instituts de formation et à l’université ; dans ce cadre, les situations d’apprentissage professionnel sont réalisées en situation simulée, virtuelle ou en référence à une situation concrète ;
  • Des temps de formation clinique et hors clinique réalisés sur les lieux d’exercice des masseurs kinésithérapeutes ; dans ce cadre, les situations d’apprentissage professionnel sont réalisées en situation réelle.

La présence lors des travaux dirigés (comprenant les travaux pratiques) et des stages est obligatoire. Certains enseignements en cours magistral peuvent être rendus obligatoires en fonction du projet pédagogique. Certains cours peuvent se réaliser en enseignement à distance (EAD) ou e-learning.

 

Répartition des ECTS et des volumes horaires par cycle ECTS Cours Magistraux Travaux Dirigés CM + TD + Formation pratique Temps Personnel
CYCLE 1 120 445 575 1650 1610
CYCLE 2 120 450 510 1800 1610
TOTAL CYCLE 1 ET CYCLE 2 240 895 1085 3450 3220
Dont formation pratique masso-kinésithérapique : 1470

 

 

  • Organisation de la formation théorique et pratique

 

Fondé sur une première année universitaire validée (60 ECTS), le référentiel de formation décrit une formation professionnelle spécifique de masseur-kinésithérapeute articulée autour de 8 semestres (de 30 ECTS) et de 2 cycles avec le 1er cycle (S1 à S4) et le 2ème cycle (S5 à S8).

 

 

Il propose des unités d’enseignement (UE) qui sont de quatre types :

  • Des unités d’enseignement de savoirs dits « contributifs » aux savoirs dans le domaine de la masso- kinésithérapie
  • Des unités d’enseignement de savoirs constitutifs des compétences dans le domaine de la masso- kinésithérapie
  • Des unités d’intégration des différents savoirs permettant leur mobilisation en situation d’intervention en kinésithérapie
  • Des unités de méthodologie et de savoirs transversaux.

Les objectifs pédagogiques, les contenus et modalités d’évaluation sont décrits dans les fiches pédagogiques des unités d’enseignement en annexe IV de l’arrêté. Ces documents sont mis à disposition des enseignants et des étudiants.

           

Modalités pédagogiques

 

Les enseignements sont réalisés sous la forme de cours magistraux (CM), de travaux dirigés (TD) comportant les travaux pratiques, et s’appuient sur le travail personnel (TP) de l’étudiant.

Les cours magistraux (CM) sont des cours théoriques qui peuvent s’appuyer sur des études de cas.

Les travaux dirigés (TD), comprenant les travaux pratiques, sont des temps d’enseignement obligatoires réunissant au maximum 25 étudiants. Ils permettent de compléter, illustrer, approfondir un cours magistral en apportant des explications théoriques ou pratiques. Ils permettent d’appliquer et d’analyser en situation les connaissances apprises pendant les cours théoriques ou d’introduire des notions nouvelles par l’utilisation de méthodes interactives.

Ils permettent également par une démarche d’analyse et d’explicitation de situations professionnelles rencontrées au cours de la formation clinique d’autoévaluer la démarche mise en œuvre par l’étudiant et de distinguer des savoirs acquis et transposables.

Les unités d’enseignements (UE) regroupent les enseignements d’un même domaine disciplinaire ou professionnel : elles comportent des objectifs de formation, des contenus, une durée, des modalités et des critères de validation. Elles donnent lieu à une valorisation en crédits européens.

La place des UE dans le référentiel de formation permet des liens entre elles et une progression de l’apprentissage des étudiants. Les unités d’enseignement sont complémentaires et interdépendantes.

Les unités d’intégration (UI) sont des unités d’enseignement qui portent sur l’étude des situations cliniques en masso-kinésithérapie. Elles comportent des analyses de situation préparées par les étudiants, des mises en situations simulées, des analyses des situations vécues en formation clinique et des travaux de transposition à de nouvelles situations. Le formateur aide l’étudiant à reconnaître la singularité des situations tout en identifiant les concepts transférables à d’autres interventions.

Les UI, situées à la fin du 1er cycle, à la fin de la première et de la deuxième année du 2ème cycle, proposent des travaux à réaliser en lien avec l’évaluation de plusieurs compétences dont les savoirs et savoir-faire ont été acquis lors du ou des semestres en cours ou antérieurs. Les savoirs évalués dans le cadre de l’UI sont ceux en relation avec la ou les compétences citées.

Les étudiants construisent leurs savoirs à partir de l’étude de ces situations, en s’appuyant sur la littérature professionnelle, sur la littérature scientifique et sur les interactions avec les formateurs ou les professionnels. Ils apprennent à confronter leurs connaissances et leurs propositions, ils travaillent sur la recherche de sens dans leurs actions dans une logique de « contextualisation et décontextualisation ». Dans ce cadre, l’autoanalyse et l’autoévaluation sont favorisées.

Les réalités professionnelles sont analysées selon la forme pédagogique appropriée. Une large place est faite à l’étude et la construction des représentations socioculturelles et professionnnelles, à l’analyse des conflits sociocognitifs et à la co-analyse référencée de la pratique. La médiation du formateur, les travaux entre pairs et l’évaluation formatrice participent à cette construction.

Des liens sont établis entre les structures d’accueil pour la formation clinique et l’institut de formation permettant de co-élaborer les dispositifs pédagogiques et les projets d’encadrement.

 

Domaines et unités d’enseignement

Le référentiel de formation du diplôme d’état de masseur kinésithérapeute est constitué de trois domaines de formation composés de 32 unités d’enseignement. Il permet d’offrir une progression pédagogique cohérente dans l’objectif d’acquisition des onze compétences du référentiel.

 

Les trois domaines sont :

1 : les enseignements fondamentaux

2 : sciences et ingénierie en kinésithérapie

3 : approfondissement et professionnalisation

 

Chaque UE contribue à l’acquisition des compétences du référentiel, selon le schéma suivant :

 

Unités d’enseignement en relation avec la compétence 1 :

« Analyser et évaluer sur le plan kinésithérapique une personne, sa situation et élaborer un diagnostic kinésithérapique »

UE 3. Sciences biomédicales

UE 4. Sciences de la vie et du mouvement (anatomie, physiologie, cinésiologie)

UE 5. Sémiologie, physiopathologie et pathologie du champ musculosquelettique 1

UE 7. Evaluation, techniques et outils d’intervention dans les principaux champs d’activité

UE 15. Sémiologie, physiopathologie et pathologie du champ musculosquelettique 2

UE 16. Sémiologie, physiopathologie et pathologie dans le champ neuromusculaire

UE 17 Sémiologie, physiopathologie et pathologie dans les champs respiratoire, cardio-vasculaire, interne et tégumentaire.

UE 18 Physiologies, sémiologie physiopathologies et pathologies spécifiques

 

Unités d’enseignement en relation avec la compétence 2 :

« Concevoir et conduire un projet thérapeutique en masso-kinésithérapie, adapté au patient et à sa situation »

UE 6. Théories, modèles, méthodes et outils en kinésithérapie

UI 10. Démarche et pratique clinique : Elaboration du raisonnement professionnel et analyse réflexive

UE 22 Théories, modèles, méthodes et outils en réadaptation

 

Unités d’enseignement en relation avec la compétence 3 :

« Concevoir et conduire une démarche de promotion de la santé, d’éducation thérapeutique, de prévention et de dépistage » 

UE 1. Santé publique

UE 24 Interventions du kinésithérapeute en santé publique

 

Unités d’enseignement en relation avec la compétence 4 :

«  Concevoir, mettre en œuvre et évaluer une séance de masso-kinésithérapie »

UE 7. Evaluation, techniques et outils d’intervention dans les principaux champs d’activité

UE 19. Evaluation, techniques et outils d’Intervention dans le champ musculosquelettique

UE 20.Evaluation, techniques et outils d’Intervention dans le champ neuromusculaire

UE 21.Evaluations, techniques et outils d’Interventions dans les champs respiratoire, cardio-vasculaire, interne et tégumentaire

UE 23. Interventions spécifiques en kinésithérapie

UI 25 Démarche et pratique clinique : conception du traitement et conduite d’intervention

 

Unités d’enseignement en relation avec la compétence 5 :

« Etablir et entretenir une relation et une communication dans un contexte d’intervention en masso kinésithérapie »

UE 2.Sciences humaines et sciences sociales

 

Unités d’enseignement en relation avec la compétence 6 :

«  Concevoir et mettre en œuvre une prestation de conseil et d’expertise dans le champ de la masso kinésithérapie » 

UE 19. Evaluation, techniques et outils d’Intervention dans le champ musculosquelettique

UE 20.Evaluation, techniques et outils d’Intervention dans le champ neuromusculaire

UE 21.Evaluations, techniques et outils d’Interventions dans les champs respiratoire, cardio-vasculaire, interne et tégumentaire

UE 23. Interventions spécifiques en kinésithérapie

UE 24. Interventions du kinésithérapeute en santé publique

 

Unités d’enseignement en relation avec la compétence 7 :

« Analyser, évaluer et faire évoluer sa pratique professionnelle »

UI 10. Démarche et pratique clinique : Elaboration du raisonnement professionnel et analyse réflexive

UI 25 Démarche et pratique clinique : conception du traitement et conduite d’intervention

UI 29 Analyse et amélioration de la pratique professionnelle

 

Unités d’enseignement en relation avec la compétence 8 :

«  Rechercher, traiter et analyser des données professionnelles et scientifiques »

UE 8.Méthodes de travail et méthodes de recherche

UE 9. Langue anglaise professionnelle

UE 26. Langue anglaise professionnelle

UE 27 Méthodes de travail et méthodes de recherche en kinésithérapie

UE 28 Mémoire

 

Unités d’enseignement en relation avec la compétence 9 :

« Gérer ou organiser une structure individuelle ou collective en optimisant les ressources »

UE 14. Droit, législation et gestion d’une structure

 

Unités d’enseignement en relation avec la compétence 10 :

« Organiser les activités et coopérer avec les différents acteurs »

UE 1. Santé publique

UE 2.Sciences humaines et sciences sociales

UE 22 Théories, modèles, méthodes et outils en réadaptation

 

Unités d’enseignement en relation avec la compétence 11 :

« Informer et former les professionnels et les personnes en formation »

UE 2.Sciences humaines et sciences sociales

UE 14. Droit, législation et gestion d’une structure

UE 24. Interventions du kinésithérapeute en santé publique

 

Dans chaque cycle se trouvent deux unités optionnelles qui permettent d’approfondir un domaine d’exercice de la masso-kinésithérapie ou de mener une réflexion sur un choix possible d’orientation à la sortie de la formation…. »

 

 

BO Santé – Protection sociale – Solidarité no 2015/8 du 15 septembre 2015, Page 275

© IFMK - Tous droits réservés